L’esprit de l’offre proposée

La proposition qui est formulée répond aux attentes des coachs que je croise « et que je suis aussi » de répondre aux demandes de supervision de nos référentiels de compétences et de nos déontologiques respectifs.

Mais d’y répondre à des conditions d’accessibilité financière : en effet, de nombreux professionnels ratent ainsi la première marche de la supervision à la sortie des certifications ou lors de reprise d’activités de coaching faute de chiffre d’affaires suffisant.

Les erreurs et les « mauvais plis » s’installent durablement au détriment de la performance des processus de coaching ressentis in fine par les clients : une boucle non vertueuse se met alors en place aux conséquences directes sur le volume d’activités.

Motivé par la nécessité de réguler la profession, de participer à la professionnalisation des acteurs du coaching et de l’accompagnement, j’ai souhaité par conviction et militantisme apporter à ma manière des réponses adaptées.

Dans l’esprit de la place publique de l’Antiquité grecque qui était le lieu de débats et de connaissance entre membres de la cité, trois Agora sont proposées :

  • L’Agora Socrate qui s’inscrit dans l’apprentissage du questionnement à la base de notre métier et des fondamentaux de la relation intersubjective coach/coaché.
  • L’Agora Hudson prolonge les premiers apprentissages dans le champs des techniques modernes de l’accompagnement.
  • Enfin, l’Agora Saint Thomas d’Aquin nous interpelle sur les leviers de la transformation profonde de l’identité du coach qui trouve son propre chemin, et déploie sa propre personnalité professionnelle.

D’une manière générale, elles répondent toutes :

  • d’un point de vue ontologique, à sécuriser la posture professionnelle et les outils mis en œuvre autant que les client(e)s
  • à respecter l’éthique et la déontologie et à trouver des solutions aux dilemmes éthiques
  • et enfin, à trouver du plaisir dans l’exploration de champs nouveaux et dans la perpétuelle innovation qui émerge de l’exercice professionnelle.