A quoi sert le coaching stratégique?

Le coaching stratégique a pour but d’aider une organisation à déterminer ou à retrouver une vision partagée, une mission (but) appropriée par les personnes, un système de valeurs cohérent qui servira de socle à une culture propre à l’organisation.

Dans ce cadre, ce ne sont pas les actionnaires ou les décideurs politiques qui fixent ce corpus aidés de spécialistes en finances, en droit ou en gestion de projet, mais ce sont les personnes et les équipe avec leurs dirigeants qui co-construisent l’entreprise ou la structure.

Laisser le moins de place possible au hasard...

Le coaching stratégique intervient spécialement dans les structures qui s’essoufflent (baisse de motivation générale, pertes de parts de marchés significatives), qui perdent sens collectif et sens individuel, qui préparent une fusion ou une réorganisation importante ou encore lorsque de futurs associés à rang équivalent doivent préparer une nouvelle organisation…

Travailler ensemble ne s’improvise pas, les leaderships doivent éclore et trouver leur place en transparence entre eux mais aussi avec les collaborateurs…

Outil de prévention des risques psychosociaux...

Le coaching stratégique, de notre point de vue a aussi toute sa place dans les structures qui viennent de passer et de recevoir les résultats déroutants d’une enquête collective de prévention des risques psychosociaux. Nous pensons qu’à un certain niveau de gravité, il ne s’agit pas seulement de régler ici et là les problèmes tels des cautères sur une jambe de bois, mais que souvent des problèmes de fond liés au modèle managérial en cours sont en œuvre.

La résolution de ces problèmes passera par un travail de cohésion et de co-construction d’un avenir commun partagé. A ce niveau le coaching stratégique rejoint le modèle de l’Excellence de la Fondation Européenne du management de la qualité : l’Excellence en tout point doit être porté en authenticité par les leaders, les managers.

Parce que les choses changent, le monde bouge parfois plus vite que soi, que son entreprise...

Nombre de leaders aveuglés par le système de représentation de leur fonction croient que ce qui marchait avant un impact économique majeur continuera encore après et enclenchent la surenchère du «Ça marchait avant, il n’y a pas de raison qu’on change, encore un coup de collier ».

Nous ne pouvons que recommander la lecture dedeux ouvrages magnifiques que tout dirigeant devrait lire avant même d’ouvrir un manuel de management, ceux de Paul Watzlawik, « Faites vous-même votre malheur » et « Comment réussir à échouer » Point – Coll. Essais.